27 avril 2011

Lancement du Projet de développement du coton équitable et bio équitable

 L’AFD et l’AProCA pour la valorisation d’une production de qualité

 

 

Après la Plateforme meeting qu’elle a tenu du 20 au 22 avril dernier à l’Hôtel Résidences Céline sis à Fidjrossè, l’Association des Producteurs de Coton Africains (AProCA) a tenu  le mardi 26 avril 2011, une nouvelle rencontre. Elle a procédé au lancement du Projet de développement du coton équitable et bio équitable en Afrique de l’Ouest et du Centre financé par l’Agence Française de Développement (AFD). C’est le secrétaire général du ministère de l’agriculture de l’élevage et de la pêche, M. Olivier Vigan qui a ouvert les travaux de cette rencontre qui prend fin le vendredi prochain par la réunion du Comité de Pilotage dudit Projet.

 

 

En ce moment où le marché mondial se porte bien, le coton africain se doit d’avoir une bonne côte et permettre à tous ses acteurs d’en tirer grand profit. Aussi, face au bouleversement que subit de plus en plus la planète terre, est-il devenu impératif pour les acteurs du coton d’assurer une production de qualité qui respecte les normes environnementales, autrement dit, développer des productions et des lignes de produits textiles se démarquant par leur caractère « propre » et « social ». C’est pour répondre à cette demande du marché que les cotons équitable et biologique se sont développés ces dernières années. La pérennisation de la production de ses filières du coton a été une préoccupation de l’AProCA depuis sa création. 

Vue Partielle des participants à la rencontre de Cotonou

Les trois jours durant,il est question pour l’équipe dirigeante de l’AProCA de mettre tous les acteurs du projet au même niveau d’information afin d’harmoniser les perceptions et les points de vue ; de créer un cadre d’échange et de  dialogue entre les acteurs du projet ; de définir le rôle  et les conditions de travail de tous les acteurs impliqués dans le projet et de procéder à la signature des différentes délégations de maîtrise d’ouvrage ainsi que certains contrats d’opérateur.

Le projet dispose de trois composantes que sont le développement de la production de coton équitable et bio équitable dans les différents pays de la sous région ; la coordination régionale de ces deux sous filières et leur pilotage  stratégique et le développement des marchés au nord. Il vise faire bénéficier les producteurs de coton de 5 pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Mali, Sénégal, qui ont déjà bénéficié d’un premier projet pilote) des avantages du commerce équitable et de l’agriculture biologique dont la demande est en pleine expansion, et de maximiser leurs effets de levier sur l’ensemble de la filière, en terme de promotion du coton africain sur le marché mondial et outil d’amélioration de la compétitivité  à savoir la durabilité et la qualité de la production. 

Trois interventions ont meublé l’ouverture des travaux de ce deuxième atelier tenu par AProCA à Cotonou en ce mois d’avril. Après les mots de bienvenue de Saka Gounnou, coordonnateur du comité consultatif national transitoire des producteurs de coton du Bénin, il était revenu au président d’honneur de l’AProCA, François Traoré d’intervenir au nom du président de l’association. Dans son adresse, il a mis l’accent sur la situation plus ou moins reluisante que vivent les acteurs de la filière et plus particulièrement les producteurs. Dans sa mission d’accompagner les producteurs qui se sont lancés dans les productions du coton équitable ou bio équitable, AProCA par ce projet devra démontrer sa force de frappe par des résultats probants, a reconnu M. Traoré. Tout en remerciant l’Agence française de développement pour son appui à ce projet mis en place depuis 2008, il a affiché son assurance de voir ce projet apporter un plus au secteur et un mieux être aux producteurs. En lieu et place du ministre de l’agriculture, c’est le secrétaire général du ministère, M. Olivier Vigan qui a lancé les travaux. Il a salué les multiples efforts de l’AProCA qui se bat pour non seulement assurer le développement du coton africain mais contribuer à l’éradication de la pauvreté. Prenant exemple sur les actions mises en œuvre par le Bénin pour un secteur cotonnier plus dynamique et performant, il est indispensable, en vue de faire des producteurs des acteurs avisés dans le développement du coton, de ne laisser pour compte aucun producteur a-t-il dit.

Il a dit être convaincu que le projet devra faire des producteurs de véritables maitres d’œuvre, toute chose qui implique plus de liberté dans le chois des options et plus d’engagement dans l’atteinte des résultats. Pour y parvenir, il a exhorté les acteurs de l’AProCA à la cohésion car c’est l’union qui fait la force.

D’un montant global de 11,9 millions d’euros, le projet est financé à hauteur de 4,7 millions d’euros par l’Agence française de développement. Le reste du coût constitue la contribution des acteurs du coton à divers niveaux. Pour ce qui concerne son opérationnalisation, des conventions de maîtrise déléguée seront signées avec les acteurs des différents pays impliqués dans la mise en œuvre du projet. Ce sont notamment l’Union Nationale des producteurs de Coton du Burkina Faso (UNPCB) ; le conseil National des Producteurs de Coton du Benin (CNPC) ; la Société de Développement et des Fibres Textiles du Sénégal (SODEFITEX) ; la Confédération Nationale des Producteurs de Coton du Cameroun (CNPC-Cameroun) et l’Union Nationale des Sociétés Coopératives de Producteurs de Coton du Mali (UN-SCPC).

 

Norbert Houessou


Posté par Jaya Infos Benin à 10:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Lancement du Projet de développement du coton équitable et bio équitable

Nouveau commentaire